Tarentella

Une installation immersive, et interactive autour du mythe de la tarentelle

Tarentella révèle le désir de retrouver le goût de la magie, de l'exubérance, de la transe et du frissonnement communiquant, de retrouver plaisir à vibrer en connexion avec d'autres, de ritualiser un moment de vie et d'énergie échangées, de partager une expérience sensorielle intimiste.

De l'inertie d'un objet, faire surgir le mouvement ... Assister à une métamorphose, redonner vie à une robe faite et peuplée de matières qui se métamorphosent quand on l'approche. La robe/parure capte les présences, le toucher, la lumière et les mouvements de ceux qui l'approchent et se manifeste en réagissant aux évènements tout autour.

Le public va ainsi pouvoir vivre et faire vivre une expérience artistique envoutante : dans une pièce noire et dans une ambiance sonore particulière, Tarentella accueille le public, l'immergeant dans une autre dimension. Muni de lampes de poche, celui-ci est invité à s'approcher, explorer cette présence qui commence à réagir à la lumière, au toucher, à l'approche en frissonnant, émettant des sons, de la lumière...Peu à peu, en réaction au comportement du public tout autour, celle-ci s'anime, s'éclaire, s'exprime pour l'emmener dans une dramaturgie jusqu'à un point final culminant sonore, visuel, sensoriel et finir par envahir tout l'espace. L'obscurité retombe ... seule reste la berceuse ...

Le vêtement explore ici des métaphores pour construire des réseaux électroniques et sociaux. L'installation interroge à la fois le statut de l’individu, dont les contours physiques sont transformés par les interférences extérieures, et la fonction du vêtement comme espace fragile de protection.

Ainsi, témoin de l’univers en profonde mutation dans lequel nous vivons, l'intention particulière est portée sur les problématiques propres aux relations entre les individus, les systèmes informatiques et leurs extensions physiques...exploration des moyens technologiques de déprogrammation des perceptions.

On en vient à oublier qu’on est en présence d’un vêtement, car il perd ses caractéristiques fonctionnelles habituelles. L’ordre de communication habituel entre un objet statique et la contemplation passive de cet objet est renversé grâce à l’action du spectateur et à l’interactivité de la robe qui pilote ses propres métamorphoses. Une histoire d'ensorcellement, de magie blanche... le mythe de la Tarentelle est apparue comme une évidence faisant lien avec le propos..d'où le nom de l'installation.

La Tarentelle (tarenta en italien) tient son nom de l'araignée-loup, la tarentule, présente dans les régions méditerranéennes.

En Italie du Sud, dans la région des Pouilles, la morsure de cette araignée provoquait une maladie appelée "tarentisme". En effet, la personne était agitée de convulsions ; couchée sur le dos, elle bougeait sur ses mains en se balançant comme sur une toile. Ces symptômes pourraient bien faire penser à une forme de catharsis, une sorte de libération du poids des conventions sociales, familiales, religieuses et des pulsions sexuelles.